Au clair de lune

CYCLE DE CONFÉRENCES THÉMATIQUES AUTOUR DE LA POLLUTION LUMINEUSE

Lorsque le ciel est dégagé la nuit, quel bonheur de pouvoir contempler les étoiles, de percevoir l’univers qui nous entoure. Malheureusement, ce plaisir est mis à mal par la multiplication des éclairages publics, des enseignes lumineuses et autres sources de lumière artificielle.

Pour mieux appréhender les différentes facettes de cette problématique, le Groupe d’Astronomie de Spa et le Parc naturel en partenariat avec le Centre Culturel Spa-Jalhay-Stoumont vous proposent un cycle de 4 conférences sur les thématiques suivantes :

  1. La pollution lumineuse n'est pas une fatalité (08 octobre 2021) -20H00
  2. Impact de la pollution lumineuse sur la biodiversité (10 décembre 2021) - 20H00
  3. Les effets de la lumière nocturne sur le corps humain (à venir en 2022)
  4. La lumière nocturne : sécurité et plan LUWA (à venir en 2022)

La pollution lumineuse n'est pas une fatalité

Par Francis Venter, Président de l'Association pour la Sauvegarde du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ASCEN)

 

La pollution lumineuse est une forme de pollution dont la prise de conscience est relativement récente dans notre pays et qui reste un peu méconnue.
Pourtant, la Belgique est malheureusement un des pays où la pollution lumineuse est très importante et même omniprésente. Cette pollution mérite donc toute notre attention, notamment pour ses atteintes à l'environnement et à la qualité de notre ciel nocturne.
Cet exposé montrera quelles sont les formes de pollution lumineuse, leurs impacts sur l’astronomie mais aussi sur notre santé, sur la faune et la flore. Il donnera également des solutions techniques et comportementales pour réduire ces impacts, sans oublier de parler du mythe associé à la « sécurité » des éclairages publics. Nous verrons que les LED ne sont pas toujours la solution écologique que l’on croit. Finalement, nous terminerons par les lois, règlements, initiatives publiques et associatives pour lutter contre cette pollution.
Ce que nous demandons, ce n’est pas la suppression totale de l’éclairage public, mais une attitude plus raisonnable et plus raisonnée en cette matière : « éclairer ce qu’il faut, quand il faut et comme il faut ».