De nouvelles plantes qui se plaisent bien chez nous

Qu'est-ce qu'une "plante exotique envahissante"? Il s'agit d'espèces introduites volontairement ou involontairement par l'homme (après 1500) et qui présentent les caractéristiques suivantes :

  • Elles sont introduites en dehors de leur aire de répartition naturelle et se sont naturalisées;
  • Elles sont capables de coloniser rapidement l'espace grâce à une reproduction importante;
  • Elles concurrencent directement les plantes indigènes au détriment de celles-ci;
  • Elles présentent une menace pour la biodiversité.

Au travers de son plan de gestion, le Parc naturel des Sources a pour ambition de participer à la lutte contre ces destructeurs de biodiversité.  Cet engagement se traduit en majeur partie par de la sensibilisation du grand public ainsi qu'à la participation à des chantiers d'arrachage de la balsamines de l'Himalaya (Impatiens glandulifera).

Un arrachage systématique de la Balsamine de l'Himalaya

Son nom est joli, ses fleurs aussi, d'ailleurs. Et pourtant, la Balsamine de l'Himalaya n'est pas la bienvenue chez nous. Cette plante qui croît de préférence le long des cours d'eau possède une forte capacité à se ressemer. Elle profite de l'eau pour disperser ses centaines de petites graines qui s'en vont peupler d'autres berges en aval. Le problème de cette plante? En plus de faire de l'ombre (physique) aux espèces indigènes qui proliféraient initialement dans ces milieux, la balsamine attire davantage les insectes pollinisateurs qui délaissent alors les plantes locales... lesquelles ont encore moins de chances de se développer.

Par ailleurs, c’est une plante qui ne conserve pas sa partie aérienne en hiver. Cela implique que le sol est mis à nu pendant la mauvaise saison et qu’il n’y a aucune plante pour le protéger des érosions lors des crues hivernales. On se retrouve ainsi avec des pertes de berges et de la boue dans les ruisseaux (ce qui pose un grave problème pour la faune aquatique). La Balsamine de l'Himalaya met donc clairement en danger la biodiversité locale. 

  Participation aux chantiers d'arrachage de Balsamine de l'Himalaya
  En été
  Chantiers Parc naturel : les affluents du Roannay et alentours (Stoumont); le ruisseau de Creppe et alentours (Spa)

Chaque année, plusieurs actions sont menées, notamment par les Contrats de Rivières Vesdre et Amblève/Rour pour arracher (à la main, donc) les Balsamines de l'Himalaya sur un affluent de l'Amblève ainsi qu'à Spa. Depuis 2018, le Parc naturel des Sources s'est bien évidemment joint à cette initiative. Ensemble, des dizaines de milliers de plants ont ainsi été retirés...et qui n'ont donc plus eu l'occasion de semer leurs graines.

Appel aux citoyens bénévoles

Il suffit de vêtements longs, d'une paire de gants et d'une gourde d'eau bien remplie (car le travail reste physique) pour se mettre efficacement en action. Contrairement à d'autres plantes invasives (comme la Berce du Caucase), la Balsamine ne présente pas de danger pour l'homme. C'est donc un appel à toutes les bonnes volontés qui est lancé pour poursuivre ce vaste chantier d'éradication de cette plante dans notre région. De nouvelles sessions d'arrachage sont à prévoir en juin et juillet 2020. Les informations suivront. Les citoyens intéressés peuvent d'ores et déjà se faire connaître, notamment, auprès du Parc naturel des Sources ou des deux Contrats de Rivières actifs sur le territoire.

Carte interactive

Le plus important dans la gestion des plantes invasives, c'est de savoir où elles se trouvent! À l'aide de cette carte, toute personne souhaitant renseigner l'observation d'une espèce invasive peut, en quelques cliques communiquer les données aux gestionnaires intéressés.

Voir en plein écran

Lors de la session 2018

Comment gérer la balsamine

Catégories / Axes
Nature & Biodiversité
Projet
Arrachage de Balsamines de l'Himalaya
Statut
Effectué en 2018, 2019 et 2020 - en projet pour 2021
Partenaire

Des chantiers menés par Le Fagotin, le PCDN de Stoumont, le Contrat Rivière Amblève/Rour, le Contrat Rivière Vesdre et le Parc naturel des Sources.